Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 mars 2010

Fenua

Au coeur de la nuit l'avion atterrit enfin. L'aéroport est si petit, en plein air, il ne ressemble à aucun autre. Le tapis roulant déverse nos bagages, check point, coup de tampon sur le passeport, l'aventure commence.

Nous sortons dans la nuit chaude et humide, les odeurs nous assaillent. C'est un mélange enivrant de vanille et de fleurs mélées, un bonheur olfactif. Direction le port, les premières lueurs du jour apparaissent, nous découvrons cette île merveilleuse en attendant le bateau. Le voyage a été long, fatigant, nous sommes déboussolés, en plein décalage horaire, mais impatients de découvrir cet immense archipel, ces gens, cette culture.

Notre première escale durera quelques jours et déjà nous nous dirigeons vers cette pension située au bord du lagon. Il est tôt mais le soleil est mordant, l'eau turquoise, les fleurs à profusion, bougainvillés, hibiscus, tiaré, frangipanier, je m'émerveille devant tant de beauté. Nous nous installons dans cette pension, les hôtes sont tellement accueillants, faites comme chez vous, il y a une pirogue à votre disposition, là le faré pour cuisiner. Au loin nous apercevons la barrière de corail, le grondement des vagues s'y brisant est impressionnant, l'océan nous appelle irrésistiblement, masque, palmes, tuba, nous n'attendons pas une minute de plus. Quel délice, l'eau est chaude, le soleil brûlant, les poissons multicolores, les patates de corail, je me croirais dans un aquarium géant. Nous profitons de ces instants, je n'y crois toujours pas, nous sommes enfin ici. Nous partons nous promener sur cette île, dire bonjour à Roonui, un des meilleurs tatoueurs de l'archipel. Même après toutes ces années il se souvient de mon ami. Nous reviendrons à la fin de notre voyage, rendez-vous pris pour immortaliser notre périple. Le premier soir je regarde le ciel et je me sens perdue, plus de repères, les étoiles ne sont pas les mêmes dans l'hémisphère sud, j'ai l'impression de voir la courbure de la terre, c'est une sensation étrange.

Direction la grande île, le premier bateau en partance sera notre destination. Le marché déborde de fruits et légumes exotiques, régime de bananes, riz, poisson, coco, ravitaillement emballé, renseignements pris, ce sera les atolls.


Le bateau est plein, le voyage va être long, 36 heures à partager cet espace où chacun s'installe. Nous discutons, profitons du soleil sur le pont, dormons, rions avec nos compagnons de voyage qui s'étonnent de nous voir ici, avec eux, nous ne sommes pas dans des cabines comme d'autres touristes. Non. Nous voulons partager, échanger, vivre avec eux et comme eux. Ils apprécient. Première escale, premier atoll. Nous en profitons pour descendre à terre, c'est magnifique. L'eau turquoise, le vent dans ces immenses arbres aux fines aiguilles, la vie est présente mais discrète, nous lions connaissance, notre présence semble étonner. Dernière étape et nous serons enfin arrivés. Au loin nous voyons enfin se profiler la passe qui permettra au bateau de se faufiler à l'intérieur du lagon. Je réalise combien cet atoll n'est rien au milieu de l'océan. Un pick-up nous conduit à cette pension où Nanua nous accueille chaleureusement. Lui aussi se souvient de mon ami. Une tente au bord du lagon, dès le réveil nous nous jetons dans cette eau chaude et transparente. Ici c'est le berceau des perles, la beauté à l'état brut, noires, aubergines, vertes, rondes, baroques, cerclées, elles sont magnifiques. Je réalise que nous vivons sur une bande de corail longue d'à peine quelques kilomètres en plein milieu de l'immensité océanique, c'est assez troublant.

Cet atoll est réputé pour la plongée sous-marine, je passe outre mes peurs et je me décide. Bouteilles, masque, palmes, à moi les profondeurs océaniques. Poissons chirurgiens, Napoléon, demoiselles, requins je suis en transe et ne veux plus remonter à la surface. Je ne sais pas encore ce qu'il m'attend, une expérience qui me marquera à jamais. L'après-midi nous embarquons en zodiac direction le grand large, les plongeurs confirmés se mettent à l'eau, mon amie et moi sommes autorisées à y aller également uniquement équipées de masque et tuba. Nous mettons la tête dans l'eau, du bleu à perte de vue, seuls quelques rayons de soleil percent cette immensité, nous ne voyons pas le fond, et réalisons soudainement que nous sommes en plein Océan Pacifique, par 100 mètres de fond, n'importe quoi peut surgir nous ne le verrons pas venir. Nous nous prenons la main sous l'eau pour nous rassurer. Le courant est fort et nous emmène vers la passe du lagon. Nous n'avons rien à faire à part nous laisser emporter par le courant et observer. Le spectacle qui s'offre à nous est somptueux, requins gris, marteaux, pointe blanche, raies manta, poissons par milliers, coraux en tout genre, nous sommes comme deux enfants. Nous ne nous faisons pas prier pour recommencer une seconde fois, de retour sur terre nous sommes surexcitées et avons peine à nous endormir une dernière fois en ce lieu. Demain nous repartirons vers la grande île pour d'autres horizons, nous saluons chaleureusement tous ces gens qui nous ont accueillis non sans une boule au ventre.


10:05

Les commentaires sont fermés.