Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 avril 2010

Ressourcer (se)

L'encre est sèche, les mots ne coulent plus. J'appuie sur la cartouche, une aspiration, un bruit d'air, une goutte perle le long de la plume. Je me sens comme cette encre, le nectar s'écoule difficilement. Le flux énergétique est bloqué, je veux préserver le nectar, limiter son écoulement, voire le stopper de manière choisie, volontaire, en posture inversée. Mon nectar, mon potentiel vital et psychique, je dois le débloquer, entretenir son flux, le contrôler, purifier mes états d'être, physique, énergétique, émotionnel, mental.

J'ai envie de faire le vide dans ma tête, me laisser aller à la méditation, me sentir légère comme une bulle, calme, posée, apaisée. Je voudrais tout quitter et partir, me retirer, une sorte de retraite spirituelle, personnelle, mettre de côté les horreurs, les malheurs, les angoisses, les poisons de la vie. Il existe des monastères, des couvents, il parait qu'ils sont moins fermés sur le monde, des temples bouddhistes, toutes sortes d'endroits qui inspirent le calme, la réflexion, l'apaisement. Je ne crois pas en un être unique, je ne crois pas en la prière, je crois à la force personnelle, je crois en la Nature, elle est tellement belle et bien faite, j'en suis ébahie, toujours un peu plus, aller au fond de cette connaissance me plaît, mes études je les ai choisies comme ça. Je me demande si ces endroits de retraite m'accueilleraient en l'état actuel de mes croyances, je ne sais pas pourquoi ces endroits m'attirent, j'ai dans l'idée que les choses s'éclaircissent d'elles-mêmes là-bas, j'envie parfois ces croyants, leur foi, ce réconfort, cette force qu'ils puisent en elle.

Il y a longtemps j'ai été attirée par un pélerinage, non pas pour le côté symbolique religieuse, uniquement dans le but d'une quête personnelle. Une longue marche, aller au bout de soi-même, se dépasser, puiser au fond de soi, faire appel à des ressources insoupçonnées, se découvrir, le physique au service du psychique, faire le point, se ressourcer, s'épuiser afin que plus rien d'autre ne compte, mettre un pied devant l'autre, ne s'arrêter que lorsque le but est atteint. Le corps usé, fatigué, l'esprit libre.

Je cherche, je me cherche, une quête sans issue peut-être, des questions qui resteront lettre morte, donner un sens aux choses, à ma vie, dire que je vous aime, retrouver l'insouciance, remettre de l'ordre, sentir le nectar s'écouler paisiblement.

 

11:32

Les commentaires sont fermés.