Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 avril 2010

Dix de der

J'ai fait ce que je ne pensais plus faire, ce que j'avais dit ne plus vouloir faire. Je sais. C'est bien tout moi ça, je change d'avis sans arrêt, limite je me contredis. Oui mais je suis ça aussi, une fille avec du coeur, une fille qui n'aime pas les malentendus, une fille qui ne laisse pas tomber, une fille qui s'entête, encore et encore, toujours plus. Je peux ne pas paraître crédible, je peux avoir l'air de ne pas savoir ce que je veux, cette indécision peut me jouer des tours, oui, je le sais. Chasse le naturel......

Depuis cette fois les choses ont cheminé dans ma tête, j'ai réfléchis, je me suis finalement rendu compte que cette histoire me faisait plus souffrir que ce que je ne le pensais, que je n'arriverai pas à la digérer si je restai immobile, si toutes ces choses que j'ai au fond de moi ne sortaient pas. Alors j'ai pris mon courage à deux mains, j'ai ravalé ma fierté, je me suis lancée, les mots ont coulé à flots, sans contrôle aucun, sans amertume, juste mon ressenti, la vérité crue. Je n'ai pas fait ça pour revenir en arrière, je ne fonde aucun espoir, je ne me fais pas d'illusions, j'ai fait ce que j'ai ressenti devoir faire, tout simplement, quelle que soit l'issue. Je suis qui je suis, j'ai besoin de dire, de m'exprimer. J'aurai fait ce que j'aurai pu, je peux me regarder en face, passer à autre chose, être sereine quant à mes actes, laisser filer cette amitié si tel doit être le cas.

Oh je ne fais pas ma maligne, je ne me sens pas pour autant pousser des ailes, je me sens juste soulagée d'avoir pu dire ce que je ressentais, soulagée d'être allée au bout de tout ça, libérée. Les malentendus, les non-dits, j'en veux plus. Il parait que c'est une force de savoir dire les choses, que ça plaise ou non, sans blesser, sans se disputer, juste dire ce que l'on a au fond du coeur, ça je sais faire et si c'est une force je veux bien m'en emparer.

21:53

Les commentaires sont fermés.