Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juin 2010

Mi-figue mi-raisin

Pas toujours évident d'aller au bout de ses convictions, de se dire qu'on sait ce que l'on veut (et surtout ce que l'on ne veut plus), de garder la tête haute sans flancher. Même si au fond de soi on sait que l'on a raison, que c'est la meilleure des décisions, qu'il faut se protéger, ce n'est pas facile de se confronter à certaines situations.
J'ai voulu continuer à vivre normalement, continuer de sortir, faire en sorte que les événements ne me touchent plus. C'est bien, oui. Mais comment faire pour ne pas subir les remarques, les regards, la méchanceté gratuite de ces personnes que je suis amenée malgré moi à croiser ? Pour le moment je vis ici, je vais sûrement déménager d'ici quelques temps, je n'ai pas très envie de quitter ce quartier que j'aime mais je me dis aussi que ce pourrait être une bonne chose d'aller voir ailleurs si j'y suis. Changer d'environnement, ne plus croiser ces personnes qui m'ont fait mal, je ne veux pas voir ça comme une fuite, juste comme une façon de tourner définitivement cette page, me protéger.

Aujourd'hui je suis très déçue, le vague à l'âme m'emporte, limite j'en pleurerai, je me retiens, ne pas tomber dans la tristesse, pleurer ce serait leur accorder trop d'importance. J'ai mal de ces faux-semblants, de cette facilité avec laquelle les gens oublient vite les choses, de cet égoïsme ambiant, je suis fatiguée. Alors je lis, j'écris, je réfléchis. J'essaie de me distraire l'esprit, je n'ai pas envie de parler, je suis fatiguée, je dois affronter ça toute seule, mon moi et moi. Au détour d'une lecture je sens une profonde émotion m'envahir, des larmes dans les yeux, je suis touchée par des propos ô combien gentils, ça m'apaise, m'encourage à continuer d'écrire, me fait réfléchir aussi. Merci.

Le calme, les derniers rayons du soleil, la lumière qui se fait plus douce, le piaillement des oiseaux, les éléments s'accordent à me détendre. Je vais me reposer, laisser de côté ces pensées qui m'agitent, passer un moment à prendre soin de moi, dormir enfin.

20:38

Les commentaires sont fermés.