Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 juin 2010

Se (re)connaître

Un an déjà que je réalise à quel point il est difficile de s'en remettre, retrouver son chemin intérieur, réapprendre certaines choses, me retrouver en tant que personne, avec mon caractère, mes qualités, mes défauts, mon fond, ce qui fais que je suis moi. Un an que je réalise à quel point une personne peut vous bousiller de l'intérieur, faire en sorte que même les repères les plus bêtes sont perdus, pas à jamais mais enfouis.

Je m'étonne encore aujourd'hui de voir à quel point on peut manquer de discernement, à quel point certaines rencontres, certaines relations peuvent nous faire basculer. Il parait que ces gens là sont attirés par des personnes joyeuses, stables, sociables, ça peut arriver à n'importe qui, le piège se referme, on ne s'en rend même pas compte sur le moment.
La situation s'installe de manière pernicieuse, chaque jour un peu plus, toute l'histoire est là, c'est bien ça qui fait que l'on ne soupçonne rien. Chaque jour l'énergie s'étiole, chaque jour on se bat, chaque jour une angoisse surgit, chaque jour on se demande ce qu'il va se passer, chaque jour on accepte un peu plus, pour être tranquille, avoir la paix.
Loin d'être stupide on réalise que les choses ne devraient pas être comme ça, on reste confiant, on se dit que ce sont de mauvais moments, que tout va changer, qu'il va changer. Rien ne change. C'est ce que l'on croit. On change. Je change. J'ai changé. Je ne me suis plus reconnue, j'en suis venue à faire des choses impensables, je me suis vue agir de manière insensée, je me suis vue parler comme jamais je ne l'aurai fait, je me suis vue accepter tellement de choses qui allaient pourtant à mon encontre. J'ai été un pantin, manipulée sans que j'en réalise l'ampleur, celle que j'étais s'est éteinte, je ne me suis plus reconnue. L'emprise morale m'empêchait toute action volontaire, tout recul, l'angoisse, les larmes, la peur m'ont figée pendant trop longtemps.

Des années vécues avec un pervers narcissique ça bousille, ça fracasse la confiance,  ça réduit à néant l'estime de soi, ça jette un voile sur l'avenir, j'ai été vidée de moi-même.
Aujourd'hui je me suis retrouvée, je ne veux plus essayer de comprendre les raisons de cet immobilisme, c'est comme ça l'emprise morale, le harcèlement ne permettent plus de conserver son instinct naturel, on ne contrôle plus rien, on accepte pour être tranquille, ça devient le quotidien et on ne s'en rend même pas compte.
Aujourd'hui la fille enfouie s'est réveillée, je suis la même qu'auparavant, le même fond, les séquelles et les souvenirs en plus. On ne se relève pas totalement indemne d'une histoire pareille, j'aurais appris des choses, sur moi, sur les autres, je sais désormais ce que je ne veux plus accepter, je le clame haut et fort. Apparemment ça ne plait pas à tout le monde, les amis qui se détournent, sans raison ni explication aucune, pourquoi ? La raison est simple, je n'accepte plus de me faire maltraiter, je ne suis plus complaisante au sens trop indulgente du terme.
Aujourd'hui je réalise que ce n'étaient pas des amis.

22:30

Les commentaires sont fermés.